Le projet

Ma démarche s’ancre dans une recherche plastique de ce qui fait notre humanité

Ma démarche s’ancre dans une recherche plastique de ce qui fait notre humanité : (des)équilibre, altérité, imperfection, conscience, fragilité… Pour tenter de retrouver l’émotion que je ressens devant un instant de fraternité, une joie intense, une naissance, une mort. Je choisis les objets ou matières avec lesquels je travaille en fonction de leur capacité à traduire ces sentiments et à raconter une histoire poétique. Je les choisis pour leur fragilité, leur ancrage dans notre quotidien ou notre intimité, leur capacité à subir des transformations ou des évolutions, à muter, à créer un monde décalé et porteur de questionnement.

J’aime travailler avec les contrastes, jouer sur l’éphémère ou l’instable, chercher dans chaque matériau la faiblesse, et imaginer comment la révéler. Je suis touché par la faiblesse et la fragilité,

par la recherche du point de basculement, parce qu’il me semble que c’est là que nous touchons à notre vraie nature, débarrassé de la carapace dans laquelle la vie nous pousse.

Pour moi chaque nouvelle prise de conscience de notre humanité est également une source d’émotion intense, je cherche ces instants de révélation dans les paradoxes que les objets peuvent nous renvoyer. Créés par l’humain, les objets sont en effet imprégnés de ce qui nous fait, ce que nous pensons, croyons, désirons. Ils portent donc malgré eux toute notre conscience. J’aime chercher en eux comment, par association ou détournement, ils révèlent nos incohérences et par là même nos faiblesses.